Fauteuil rouge

Thirteen reasons why : au-delà des polémiques, une immersion remarquable dans la mélancolie adolescente intemporelle

Pour ceux qui auraient raté le phénomène, il s’agit d’une série Netflix en treize épisodes, un pour chaque raison expliquant pourquoi une lycéenne, Hannah Baker, s’est suicidée. Voici un article sans révélation majeure sur le contenu de la série et abordant un de ses aspects moins médiatisés.

13 reasons why

Cette série a été comparée à un Twin Peaks moderne. Je ne vois pas pourquoi, car on n’y retrouve pas la même ambiance que la série des années 1990. Dans Thirteen reasons why, on est très proche de la fille décédée, puisque l’histoire est racontée de son point de vue. Ainsi, Hannah n’est pas spécialement un mystère pour le spectateur. S’il fallait faire un rapprochement avec une autre oeuvre, j’aurais plutôt cité The virgin suicides, de Sofia Coppola.

On y voit la vie des jeunes qui fréquentent le lycée Liberty dans une ville quelque part en Californie. La série dévoile les relations qui les lient les uns aux autres dans une atmosphère scolaire marquée par le manque de bienveillance (ou une bienveillance fausse et une certaine hypocrisie). Il est vrai qu’on a tendance à penser que les enfants sont tous gentils. Ils ont cette sorte de présomption d’innocence dans la conscience collective. Mais force est de constater que les enfants et les adolescents peuvent en fait être cruels, comme les adultes, et ce dès l’école primaire. Et à plus forte raison au lycée quand ils ont grandi.

Dans ce tableau authentique du mal-être adolescent, la série donne aussi une place importante aux parents et permet de montrer leur point de vue et leur souffrance à eux aussi. On voit que même s’ils donnent tout leur amour cela ne peut pas toujours suffire à un adolescent dépressif. À travers les thèmes abordés liés à la souffrance à l’école, on voit aussi l’importance que joue l’éducation, notamment au sujet des rapports entre les garçons et les filles.

Je mettrais un tout petit bémol concernant la troupe de jeunes qui incarnent les lycéens de Liberty. On voit de beaux jeunes hommes et de belles jeunes femmes sexy tous bien habillés. Les filles, surtout, sont maquillées et apprêtées comme des pin-ups. C’est dommage qu’il n’y ait pas aussi parmi les personnages principaux des lycéens au physique moins avantageux, ce qui aurait été plus réaliste puisqu’au lycée, un bon nombre de jeunes sont encore en plein dans leur âge ingrat, avec acné, cheveux gras, coiffure ou apparence vestimentaire hasardeuse.

Hannah

« On ne peut pas changer les gens, mais on peut changer soi-même » – Hannah Baker

Certains disent qu’il ne faut pas montrer le suicide ou parler de ce sujet à des jeunes parce que cela risque de leur donner de mauvaises idées. On peut effectivement se demander si la mise en scène du suicide de Hannah à travers les cassettes enregistrées ne risque pas d’inspirer des adolescents. Néanmoins, je pense qu’il est plus judicieux d’adopter le raisonnement inverse, plus réaliste. Hélas, un nombre important de personnes se suicident déjà de toute façon. Par conséquent, autant briser les tabous et essayer de trouver les causes pour résoudre le problème, et en premier lieu apporter son aide à ceux qui en ont besoin.

En outre, si on se base sur cet argument, on ne peut alors pas non plus parler de la violence verbale, du harcèlement scolaire, du viol, des addictions, par peur de provoquer ce genre de comportements chez les jeunes. Les adolescents sont de toutes façons confrontés à cette violence, parce que la vie est comme ça, en particulier de nos jours où les tensions sont exacerbées par le contexte social et économique. Ce n’est pas la peine de mentir aux jeunes ou d’étouffer ce genre d’affaires quand cela arrive dans un lycée, car la vérité refait toujours surface. Il vaut mieux mettre à jour les problèmes, sensibiliser les gens sur ces questions. C’est la chance que l’on a de vivre à notre époque. Prenons-la. Thirteen reasons why a par exemple poussé des jeunes victimes de harcèlement à l’école à témoigner publiquement.

Les quelques scènes très violentes et choquantes sont montrées avec mesure et sans voyeurisme.

Nombre d’articles et de discussions sont déjà consacrés à ces polémiques, donc je ne vais pas m’étendre sur la question. Au-delà des thèmes du suicide, du harcèlement et d’autres que je vous laisserai découvrir pendant votre visionnage, cette série a été pour moi un plongeon dans la mélancolie adolescente que j’ai connue pendant mes années de collège et lycée. Pendant les scènes de flash-back avant le suicide de Hannah, où l’on voit les personnages dans leur vie de tous les jours, la série a su dépeindre de manière très juste l’état émotionnel que l’on peut connaître à l’adolescence. Cela regroupe notamment la difficulté d’assumer ses sentiments, l’envie d’être accepté dans un groupe, le besoin aussi d’être seul.

On y voit également les histoires d’amour naissantes et les sentiments que tout le monde a connu dans les situations universelles de jeunes gens qui sont sur le point de devenir des hommes et des femmes, et qui aiment et souffrent déjà comme des hommes et des femmes. En effet, ce ne sont pas encore des adultes mais ils éprouvent déjà des sentiments réels, d’une puissance comme celle de tout être humain, bien que teintée d’une naïveté enfantine. The night we met de Lord Huron (à découvrir ici) est pour moi la chanson-phare de cette série et symbolise très bien cette morosité qui s’empare de nous quand on est adolescent et amoureux ; il y a une nostalgie et une profondeur dans ce morceau qui expriment les amours de jeunesse qu’on éprouve à 200%, de tout son être, avec une fougue sans aucun filtre, sans retenue, sans crainte car on ne connaît pas encore la chute.

Cet état d’esprit mélancolique est sans doute caractéristique de l’adolescence et de l’entrée dans l’âge adulte car je ne l’ai jamais ressenti à nouveau après. Personnellement, les chansons associées à l’état affectif des années collège-lycée sont les suivantes (mes amies du lycée les reconnaîtront). On évitera de les écouter trop souvent à moins de vouloir se faire un petit rappel du mode déprime/chagrin d’amour/ « ma vie est pourrie » :

Dust in the wind, de Kansas
Still loving you, de Scorpions
So far away, de Staind
Nothing else matters, de Metallica
A thousand miles, de Vanessa Carlton
San Francisco, de Scott McKenzie
Romeo & Juliet, de Dire Straits
It’s a heartache, de Bonnie Tyler
The first cut is the deepest, de Rod Stewart
Hallelujah, de Rufus Wainwright
In Liverpool, de Suzanne Vega
Patience, de Take That
Here without you, de Three doors down
Bittersweet symphony, de The Verve

Selon moi, une des forces de cette série, c’est d’avoir pu recréer l’état d’esprit des jeunes qui vivent une période charnière de leur vie, souvent douloureuse, et qui éprouvent à cet instant-là ce quelque chose qu’on ne retrouvera plus jamais.

Votre parole est la bienvenue…

Etes-vous pour ou contre la manière dont est abordée la question du suicide dans Thirteen reasons why ?

Et celles de la violence et du sexisme ?

Concernant l’autre aspect de l’article, à vous de compléter la playlist dans les commentaires.

Publicités

2 commentaires sur “Thirteen reasons why : au-delà des polémiques, une immersion remarquable dans la mélancolie adolescente intemporelle

  1. Merci pour cet article très complet ! C’est le 1er sur cette série que je lis, et pourtant il y en a beaucoup. Je ne savais pas du tout de quoi il s’agissait. Ton article a répondu à toutes mes questions. Atmosphère et thèmes abordés.

    Le suicide est effectivement délicat à aborder. Je suis plutôt comme du genre à penser qu’il faut dire les choses telles qu’elles sont. Maintenant, je comprends que cela puisse faire peur car trop en montrer peut aussi inspirer. Le juste milieu pour ce genre de sujet me parait impossible à trouver. Car on est dans l’humain, dans la dépression, le désespoir absolu, chacun réagit tellement différemment, selon son vécu, ce qu’il en a fait aussi…

    Quant au sexisme…je deviens féministe chaque jour un peu plus. Je ne le supporte plus !

    Merci pour cet article qui, au-delà de la série suscite beaucoup de réflexion.

    Bonne journée 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s