Entrée dans la vie active

Élixir de jouvence

Jeune diplômé, comment utiliser tes forces et trouver ta place au travail ?

jeunesse

En tant que jeune diplômé, tu te doutes que l’entrée dans la vie active ne ressemble généralement pas à un conte de fées. Rien ne se fera par magie : quelques obstacles se mettront sur ta route jusqu’au succès et à l’épanouissement, mais en se posant les bonnes questions et en utilisant tes atouts, tu y parviendras ! Voici quelques exemples et conseils pour que ton expérience de jeune diplômé, puis de jeune actif, soit constructive.

Chacun a un caractère unique et fait face aux difficultés de la vie à sa manière. Mais une des solutions, un des antidotes réside dans ton jeune âge !

Les jeunes ont en effet beaucoup de choses à apporter :

  • un regard neuf sur les problématiques

  • de l’énergie à revendre

  • de l’audace

  • une vocation, une volonté d’être utile, une motivation à entrer dans la vie active

  • un fort désir d’épanouissement dans leur vie professionnelle

  • la conscience des enjeux et de la réalité du 21ème siècle (contraintes financières, évolution rapide des technologies, prise en compte de l’écologie, de la santé publique…)

  • ils n’ont pas encore de mauvaises habitudes de travail donc ils peuvent s’adapter plus facilement

Grâce à cet atout, cet élixir, et aussi à tes qualités personnelles, tu pourras :

  1. Mettre à profit des stages parfois peu formateurs

Tout le monde le sait, le jeune stagiaire est souvent amené à réaliser des tâches subalternes qui ont parfois peu de rapport avec sa formation. Parfois il est tout simplement sous-exploité, laissé dans un coin de bureau pendant des journées entières sans rien faire.

Dans certains cas, le stage consistera en une activité qui peut être certes intéressante, mais qui ne sera d’aucune utilité pour le jeune actif au commencement de sa carrière. Par exemple, en quoi réaliser une revue de littérature sur un sujet donné, aussi pertinent qu’il soit, va nous aider à organiser un colloque ? A réaliser un cahier des charges pour un site internet ? À redresser un établissement en difficulté ? À gérer un groupe de travail ?

Paradoxalement, sans ces stages à l’utilité dérisoire sur son CV, il est difficile de décrocher son premier emploi. Il faut donc essayer d’en tirer le plus de profit possible. On peut par exemple faire pour soi-même un bilan à la fin du stage en identifiant ce qu’on a appris d’un point de vue technique ou humain, ce qu’on a aimé et moins aimé, ce qu’on essaiera de ne pas reproduire pour la suite, etc.

diplome

  1. Endosser les missions d’un professionnel aguerri et apprendre sur le tas

Quand on atteint le bac+5 on parvient finalement à accéder non sans difficulté à des postes de cadres avec parfois de hautes responsabilités, notamment dans le secteur associatif ou la fonction publique. En effet, ce type de structures n’ayant pas les moyens d’embaucher des seniors sur des postes de chargés de mission, elles choisissent des jeunes sortis d’écoles pour assumer les responsabilités inscrites sur des fiches de poste clairement conçues pour des profils expérimentés. Sans parler de l’hypocrisie de cette situation, on peut surtout souligner le décalage entre les attentes de la hiérarchie dans l’accomplissement de ces missions, et la réalité de ce que le jeune peut offrir à ses débuts. D’un autre côté, il s’agit aussi d’une opportunité en or pour le jeune diplômé qui peut alors gravir des échelons plus rapidement et acquérir des compétences très variées.

  1. Apprendre un métier même en l’absence d’un réel encadrement

Il existe des managers très disponibles et bienveillants qui accompagnent le jeune diplômé lors de ses débuts dans son poste. Mais certains managers préfèrent laisser leur jeune recrue se débrouiller seule, soit par principe, soit par réel manque de temps, soit par méfiance.

Cette absence d’encadrement peut susciter chez le jeune actif une certaine frustration de ne pas avoir de remarques constructives et de retour sur son travail. Parfois cela peut même devenir contre-productif et donner l’impression au jeune de ne pas progresser ou de ne pas être à la hauteur.

Un cercle vicieux peut donc parfois s’installer parce que le manager considère que le jeune, du fait de son niveau de diplômes, n’a pas besoin d’être formé et se formera tout seul, tandis que le jeune attend plus de la part de son manager.

Ce refus de former les juniors rejoint la tendance que j’ai constatée selon laquelle l’investissement dans les jeunes diplômés est relativement limité (dans certains secteurs d’emploi). On embauche des jeunes parce qu’ils coûtent moins cher que les agents plus expérimentés. Or, ne dit-on pas que ce qui ne coûte pas cher a moins de valeur ? Cela vaut donc moins la peine d’y consacrer du temps…

Pour certains jeunes, ce genre de situation ne constituera pas un frein majeur, notamment s’ils aiment l’autonomie et ont déjà une bonne confiance dans la qualité de leur travail, ou bien s’ils trouvent que les missions sont très intuitives pour eux. En revanche, pour d’autres jeunes cela peut être une situation déstabilisante et décevante. J’imagine que la condition du succès, ici, c’est que le poste en lui-même (ou l’équipe, ou la structure d’emploi) plaise assez au jeune diplômé pour qu’il passe outre cette absence d’encadrement.

  1. Évoluer au milieu de professionnels âgés et expérimentés

Là encore, je parle de ce que j’ai constaté dans les milieux professionnels que j’ai fréquentés, à savoir principalement le milieu associatif et le secteur public.

On peut constater que la moyenne d’âge dans ces structures est assez élevée. Statistiquement, la part des moins de trente ans baisse dans la fonction publique d’Etat et la fonction publique territoriale. Cette dernière compte trois fois plus d’agents âgés de 50 ans et plus que d’agents de moins de trente ans (Rapport annuel sur l’état de la fonction publique, édition 2015).

Dans le milieu associatif, les instances décisionnelles (conseils d’administration, bureaux) sont souvent composées en grande partie de personnes retraitées. Cela s’explique notamment parce qu’ils s’agit de fonctions bénévoles, donc ce n’est pas toujours évident pour des actifs de faire partie de ces instances qui se réunissent pendant les jours ouvrés.

Aujourd’hui on constate que les gens travaillent de plus en plus longtemps, même après avoir pris leur retraite officielle. C’est parce qu’on se définit beaucoup par notre travail, on veut se sentir utile. C’est aussi pour certains une question financière, puisque tout le monde veut profiter de la vie et de sa retraite au maximum. On voit de plus en plus de services de tourisme dédiés aux retraités (c’est ce qu’on appelle le tourisme senior, et plus largement la silver economy).

Nombreuses sont les fois où je me suis retrouvée dans une réunion où j’étais clairement la seule personne ayant moins de trente ans (voire parfois moins de quarante ans). On se sent comme une curiosité mais en fait je pense que c’est souvent juste une impression, je n’ai jamais ressenti réellement de regard curieux sur moi. Les gens sont généralement assez indifférents aux jeunes recrues et on est en fait plus transparent qu’autre chose. L’avantage, c’est qu’on peut apprendre beaucoup dans un environnement professionnel plus âgé et plus expérimenté. En tant que jeune actif, dans les situations telles que les réunions, on a souvent l’occasion de rester discret, de passer inaperçu et donc d’observer, de se gorger de l’expérience des gens autour de soi. Jeune diplômé, tu peux apprendre beaucoup en observant, puis en faisant par toi-même !

elixir

Les jeunes diplômés, objets de convoitise et de méfiance, recherchés mais parfois malmenés, peuvent avoir du mal à trouver leur place lors de leurs débuts dans le monde professionnel. Mais en utilisant leurs forces, ils peuvent apprendre et apporter beaucoup à leurs équipes. Bientôt, leur élixir de jouvence se transformera en un élixir d’expérience, un élixir de résilience.

Publicités

Un commentaire sur “Élixir de jouvence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s